Depuis son origine, l’humanité n’a cessé de vouloir comprendre tout ce qui l’entoure, ce qu’elle en ressent, enfin ce qu’elle cherche à laisser comme message de ses joies ou de ses douleurs.


J’ai repris l’ ”esprit” des sociétés sans écriture dans un travail plastique qui tente d’atteindre à la fois la femme et ses liens au milieu surnaturel...


Ces corps, sont façonnés principalement de béton, pigments, paille, mosaïques, coiffées de crins de cheval, cornes, et ornés de plumes.  


J’ai sculpté un hymne à la vie dans son expression quasi chamanique: beauté, noblesse et force unique, mais aussi relation et transe vers l’indicible.


La vie, l’amour, la mort, la beauté, le mystère, l’inconnu,  ont rythmé la quête éternelle des hommes.

La réalisation de ma tribu est l’hommage à cette condition, avec notre dette majeur à notre Afrique des origines où l’essentiel semble avoir été dit depuis des millénaires: notre mère Nature, la force des émotions collectives ainsi que la puissance des rythmes.


Mais pour tenir debout, ma tribu, fruit de la diaspora humaine sans âge,  emprunte aussi à toutes les immensités d’Amérique, d’Asie, d’Europe et d’Océanie.


Aux prises partout avec les mêmes éléments naturels ou spirituels, l’Etre humain exprime ses joies, ses doutes, ses espoirs et ses craintes.


Mon rôle d’artiste  s’organise là où le temps est comme un instant suspendu et l’espace des émotions partagé.


Ce temps immémorial si compliqué à saisir, à fixer, à mesurer faute de pouvoir l’arrêter, est le filigrane de cette installation. J’y exprime une façon d’être, en approchant ce que nous avons de plus  profond en nous, la Liberté.